Écouter… dans le temps des Fêtes !

En cette fin d’année 2019, je vous propose la lecture d’un texte dont la provenance et l’auteur me demeurent inconnus. Bien sûr, si vous avez des informations à ce sujet, n’hésitez pas à m’en faire part en communiquant avec moi, par courriel, à l’adresse suivante : g.hardy@hardyavocate.ca Bonne lecture!

 

Le couvert a ses raisons

 

J’aime la vaisselle, les nappes, les napperons, les beaux couverts et les plateaux de service, comme j’aime mettre les petits plats dans les grands.

 

Ma mère me disait souvent : « Tu fais trop de cérémonies ! » Et je suis d’accord avec elle. Mais, que voulez-vous… j’aime ça ! La mise en place de la table, c’est ma façon de m’amuser, d’être créative et de donner de la couleur aux événements du quotidien.

 

On a tendance à l’oublier, mais la façon dont on dresse la table annonce notre intention. L’hiver, lorsqu’on voit une soupière fumante ou une fondue au fromage trôner au milieu de la table au retour d’une journée de plein air, on se sent tout de suite accueilli. Comme c’est la saison du cocooning, la table doit être chaleureuse, intime.

 

Si je donne de l’importance à ce rituel, c’est pour deux raisons.

 

La première est que cela permet d’accorder au repas qu’on vient de cuisiner toute l’attention qu’il mérite.

 

La seconde est qu’il permet de vivre le moment présent, tout en laissant la place à des échanges tantôt colorés, tantôt teintés de vérité. Que nous soyons deux ou douze, cet instant est toujours précieux : il ne repassera pas deux fois.

 

Créer des souvenirs

 

Tout le monde peut facilement se rappeler des moments touchants vécus autour d’une table. Moi, je me souviens que ma grand-mère paternelle sortait toujours sa vaisselle des grandes occasions quand elle nous recevait. Chaque fois, je voyais cela comme un geste d’amour. Elle dressait la table avec tendresse et quand, enfin, elle enlevait son tablier, après avoir cuisiné des heures, pour s’asseoir avec nous, je la sentais paisible. Ces moments, emplis de bonheur, sont certainement les plus beaux souvenirs que j’ai de cette femme. Sans le savoir, elle m’a légué ce besoin de toujours passer, autour d’un bon repas, du temps de qualité.

 

Parfois, je me demande ce que penserait ma grand-mère de l’arrivée des nouvelles technologies. Les téléphones sont peut-être devenus intelligents, mais très peu conviviaux. En plus, ils créent du brouillard entre les convives. Comment partager des moments d’intimité quand notre voisin donne plus d’importance à une personne absente qu’à nous ?

 

Se retrouver autour d’une table avec les gens qu’on aime lors d’un repas est un privilège. Il faut accorder de l’importance à ce moment.

 

Souvent, ce qui s’y passe laissera des traces dans nos souvenirs pendant bien longtemps.

 

… et je complète ce texte avec mes propres réflexions concernant l’importance de l’écoute.

 

Écouter ce n’est pas seulement entendre…

 

Partager ce n’est pas seulement donner et recevoir…

 

La table est un lieu convivial…

 

La table est un lieu d’échange…

 

Les entretiens et pourparlers autour d’une table, en médiation, permettent d’écouter réellement, de comprendre et d’aller au-delà des mots… et c’est en allant au-delà des mots qu’apparaît l’essence même de la médiation.

 

Voilà pourquoi il faut accorder sa pleine valeur à la médiation, car elle permet la possibilité d’une ouverture, parfois insoupçonnée, chez son vis-à-vis.

 

Je vous souhaite, en ces temps de réjouissances et de rassemblements avec ceux et celles qui vous sont chers, de prendre quelques minutes pour les écouter sincèrement et de partager les valeurs qui vous sont communes.

 

Bon temps des Fêtes, et surtout, bonne écoute !